Utilisation et public visé

(par Clotilde Fougeray-Hammam, créatrice du concept)

Un raconte-tapis, qu'est-ce que c'est ?

Je préférerais d'abord vous dire ce que ce n'est pas :

  • c'est ludique, mais ce n'est pas un jouet,
  • il se raconte, mais ce n'est pas un support au conte,
  • bien que pouvant aussi s'utiliser avec les petits, ce n'est pas un tapis d'éveil.

Alors, qu'est-ce que c'est ?

Sa vocation première est d'être un pont entre l'enfant et le livre, un concept à portée pédagogique. Je fais partie de ceux pour qui la pédagogie peut ne pas être ennuyeuse. J'ai donc conçu le raconte-tapis pour qu'il soit ludique et intéractif et qu'il mette les participants enfants, adolescents comme adultes au même niveau, d'où l'horizontalité et le travail au sol. Celui qui sait n'est pas là pour montrer et dispenser son savoir, il est là pour le partager.
J'ai été formée aux méthodes actives dans l'éducation et la rééducation et j'ai appliqué la méthode Freinet dans l'exercice de mon travail d'éducatrice scolaire. En m'appuyant sur mon expérience, ma réflexion et mes recherches m'ont conduite à ce concept qui est un juste équilibre entre littérature, art plastique, art de la parole et pédagogie appliquée.

haut de page

Connaissez-vous le principe A.I.D.A. ?

A - pour activité, attention
I - pour intérêt
D - pour désir
A - pour action

Pour qu'une activité ou un apprentissage soit plaisir, il faut susciter l'attention, qui favorise l'intérêt conduisant au désir, qui lui-même mène à l'action ou à l'apprentissage dans le plaisir. Avec Raconte-Tapis, nous travaillons selon ce principe. L'activité, la "racontée", retient l'attention par la vue grâce au raconte-tapis, ce qui provoque l'intérêt pour l'histoire et le livre, qui mène au désir de lire pour soi-même et/ou pour d'autres, dans l'interactivité, donc dans l'action quand les enfants lisent ou racontent à leur tour avec le raconte-tapis et le livre.

haut de page

A qui s'adresse le raconte-tapis et à quoi sert-il ?

...me demande-t-on souvent.

J'ai envie de répondre, comme le père de Tintin : à tous "de 7 à 77 ans", et j'ajouterais : aussi pour les plus petits, si l'on veut et même pour les plus âgés, si l'on peut ! Ce qui revient à dire que ce n'est pas une question d'âge.

En fait, ce concept a été inventé dans un but très précis :

redonner le goût des livres aux enfants qui en ont été détournés ou exclus ; ceux qui savent lire mais pour lesquels la lecture est devenue une obligation, un travail, un pensum ! Cela s'est gâté au moment où on leur a dit "maintenant tu es grand..." ou bien "maintenant tu sais lire...". Les enfants se détournent des livres parce qu'ils n'ont pas été accompagnés jusqu'au bout, jusqu'au moment où le livre devient aussi un plaisir égoïste qui vous fait partir, rêver, imaginer !... Alors, oui, il faut les aider à re-découvrir ce bonheur là.

haut de page

Comment utiliser un raconte-tapis ?

Avant tout (et même avant de voir le raconte-tapis), il faut lire le livre, s'imprégner du récit, imaginer comment, vous, vous l'auriez transposé, repérer les points forts de l'histoire...

Ensuite on "lit le raconte-tapis" : il faut le découvrir, le décoder, comprendre la transposition imaginée par l'artiste qui l'a créé, repérer le départ, la fin, le déroulement de l'histoire, où se situent les moments forts de l'action, les parties cachées, où se font les rencontres et donc où doivent se trouver les différents personnages pour apparaître au bon moment. On s'attache en quelque sorte à préparer la mise-en-scène du raconte-tapis dans les différentes étapes de sa manipulation.

Doit-on "obligatoirement" le mettre au sol ? Me demande-t-on aussi. Obligatoire, non, mais nécessaire, oui. Pour les enfants, toutes les actions "sérieuses" : dessiner, écrire, lire, jouer... se font par terre. Le sol, c'est leur milieu naturel ; quand aux adultes, cela leur permet une relation différente à l'enfant, à l'action menée ensemble. Il faut oublier le dirigisme, laisser faire les erreurs.

Pour l'utilisation en racontée : vous avez le livre et vous possédez bien l'histoire, vous avez préparé le raconte-tapis, tous les personnages sont à leur place, là où vous les ferez apparaître, là où ils vont agir..., les enfants sont assis autour, comme vous. Trois options s'offrent à vous :

  • raconter et manipuler en même temps (le livre proche et bien en vue)
  • lire et manipuler (là, il faut un peu d'entrainement...)
  • lire devant le raconte-tapis sans nécessairement le toucher... Les enfants (petit groupe) regardent le raconte-tapis, écoutent l'histoire, s'en imprègnent, puis vont petit à petit, naturellement, manipuler les personnages pendant que vous racontez.

haut de page

Y a-t-il un public plus particulièrement visé ?

J'ai abordé cette question plus haut, mais je précise :

les 6-9 ans, jusqu'à 12 ans et plus, ceux que j'évoquais, qui ont lâché le livre en cours de route et aussi ceux qui auront plaisir à s'autoriser d'être encore des enfants.

On peut également travailler avec de tout jeunes enfants, mais aussi des collégiens, des lycéens ; bien sùr, l'approche n'est pas la même, selon les âges ou les groupes, mais les histoires (et les raconte-tapis) sont racontables ou lisibles par tous. C'est seulement la manière qui différe. Et puis, avec les plus grands nous faisons des ateliers enfants ou ados conteurs et par ce biais nous les aidons à dépasser le sentiment de ridicule qu'à cet âge l'on ressent ; cela leur permet d'approfondir l'expression litteraire écrite et orale, de parfaire leur vocabulaire, d'être plus à l'aise avec l'écriture, le texte, l'imaginaire. En reprenant les raconte-tapis sans les livres d'origine, ils peuvent aussi créer d'autres histoires, en faire des recueils.

Avec les raconte-tapis, depuis 1988, nous nous employons à favoriser, à faire retrouver le goùt de lire, le plaisir simple de lire pour soi-même, mais aussi de partager avec d'autres le bonheur des mots, des idées, des récits... C'est pourquoi nous travaillons avec les bibliothèques et surtout celles de prèts, pour toucher le plus possible d'enfants et de professionnels du livre, de l'enseignement, de l'éducation, car les bibliothèques sont souvent en liaison avec les établissements scolaires.

L'interactivité, n'est-ce pas ?

haut de page

raconte-tapis d'après "La soupe aux cailloux" de Giraud & Wirth / Père Castor Flammarion

 

Courriel : racontetapis@free.fr

Eric : 06 32 75 10 46 - Amanda : 06 61 65 77 39
RaconteTapis : 48 rue de la Mocquerie - 85200 Fontaines


Valide XHTML 1.0 Strict